Le magazine YAM suspend son édition

Capture-d’écran-2021-04-09-à-01.22.22

Les lecteurs du magazine YAM vont être déçus.
C’est par un mail envoyé aux abonnés que le recueil mensuel de recettes a indiqué qu’il n’apparaîtrait pas pour ce mois d’avril, et son avenir semble incertain.

Depuis maintenant plus de 10 ans, YAM œuvre à faire découvrir les grands chefs qui font la cuisine d’aujourd’hui et invite les lecteurs au cœur des plus beaux établissements gastronomiques. YAM, c’est 61 numéros autour de produits d’exception, d’astuces culinaires, de confidences de chefs et de recettes inédites.

A l’origine YAM, c’était Yannick Alléno Magazine, ce sont les éditions LAYMON qui géraient la publication du magazine YAM, la société était gérée par Florence Cane, ex-collaboratrice associée dans le développement des affaires du chef trois étoiles Yannick Alléno. Cette société d’édition a été mise en liquidation judiciaire le 30 mars 2021.

Share
In News | Leave a comment

José Gomes est le premier « Best Oyster Master of Belgium »

dsc-3500

La première édition du concours « Best Oyster Master of Belgium » avait lieu ce lundi dans le cadre de Tour & Taxis à Bruxelles. Initalement prévu le 7 décembre dernier et donc reporté en raison de la crise sanitaire, le concours était organisé à l’initiative des Vins du Centre-Loire et en collaboration avec l’Académie Culinaire de France Délégation de Belgique et du Luxembourg et l’Institut Emile Gryzon.

José Gomes de la Brasserie de la Patinoire (Bruxelles) a gagné le titre de meilleur « Best Oyster Master of Belgium » (Meilleur écailler de Belgique) pendant un an. La deuxième place revient à Antonio De Campos de l’établissement Belga Queen Brussels (Bruxelles). Manuel Rodrigues du Toucan sur Mer (Bruxelles) complètent le podium.

Les meilleurs écaillers belges s’affrontaient dans le cadre de ce premier concours d’écaillers belges, lors duquel ils se sont disputé le titre de « Best Oyster Master of Belgium ». Les candidats étaient jugés sur leur vitesse d’ouverture d’huîtres et de coquillages, sur leur maîtrise des techniques d’ouverture et de préparation et sur leur créativité de dressage de plateaux de fruits de mer.

Pour plus d’informations, rendez-vous sur la page Facebook du concours : Best Oyster Master of Belgium.

Share
In News | Leave a comment

Nos friteries au patrimoine culturel immatériel de l’UNESCO ?

Navefri, l’Association nationale des frituristes, a soumis un dossier pour faire reconnaître la culture de la friterie par l’UNESCO comme patrimoine culturel immatériel de l’humanité.

Capture d’écran 2021-03-17 à 16.59.39

Tous les deux ans, la Belgique peut présenter un candidat à la reconnaissance de l’UNESCO en tant que patrimoine culturel immatériel de l’humanité. Il a été convenu que les trois communautés et la Région de Bruxelles-Capitale se relaient alternativement. La Flandre sera la prochaine en 2022. La culture de la friterie belge, notre fritkot, a été inscrite à l’Inventaire flamand du patrimoine culturel immatériel en 2014, elle a été reconnue par la Communauté française en 2016 et la Communauté germanophone et la Région de Bruxelles-Capitale ont suivi en 2017.

Sur la base de l’avis d’un comité d’experts, le ministre de la Culture décidera le 15 mai quel dossier sera présenté par la Belgique à l’Unesco pour reconnaissance en tant que patrimoine mondial. Une condition pour être présenté comme candidat est la reconnaissance dans la région ou la communauté que le candidat peut nommer.

Valeur fixe

Selon le président de Navefri, Jan Lefèvre, la culture de la friterie, en plus de la culture de la bière, est la seule reconnue dans toutes les régions et communautés. «La culture de la friterie est ancrée en chacun de nous. Il s’agit de quelque chose de très normal, d’une valeur fixe dans nos vies, mais c’est peut-être précisément pourquoi nous devrions continuer à en prendre soin tous ensemble », affirme-t-il.

Source: Belga

Share
In News | Leave a comment

Ciné : « Délicieux », le film sur la création du tout premier restaurant de l’histoire

deliceux-1

En 1789, un cuisinier nommé Pierre Manceron a inventé le concept de restaurant. C’est l’épopée que raconte ‘Délicieux’, un film d’Eric Besnard avec Grégory Gadebois, Isabelle Carré, Benjamin Lavernhe, Guillaume de Tonquédec.

A l’aube de la Révolution Française, Pierre Manceron (Grégory Gadebois), un cuisinier audacieux mais orgueilleux, est limogé par son maître, le duc de Chamfort. Il fait alors la rencontre d’une femme étonnante, qui souhaite apprendre l’art culinaire à ses côtés (Isabelle Carré). Ellu lui redonne confiance en lui et le pousse à s’émanciper de sa condition de domestique pour entreprendre sa propre révolution. Ensemble, ils vont inventer un lieu de plaisir et de partage ouvert à tous : le premier restaurant. Une idée qui leur vaudra clients… et ennemis.

https://youtube.com/watch?v=XPOk5Xb4dSo%3Frel%3D0

Share
In News | Leave a comment

Le restaurant VerTige (Bruxelles) recherche

107263742_184956646306773_8124673292805451444_o

VerTige, un restaurant du Groupe de San Degeimbre et sous la main du chef Kevin Perlot recherche :

. Un commis de salle dynamique et passionné.
– idéalement bilingue Fr/NL. Connaissance en anglais est un +.
– bonne maîtrise des règles de service, d’accueil
– expérience de minimum 1 an (ou stages d’école hôtelière)
– services coupés, du mardi au samedi
– capacité du restaurant : 35 places

. Un responsable de salle dynamique et passionné.
– bilingue Fr/NL. Connaissance en anglais est un +.
– bonne maîtrise des règles de service, d’accueil et notions en sommellerie
– expérience de minimum 5 ans
– services coupés, du mardi au samedi
– capacité du restaurant : 35 places

contact : Sachin@shd.group

VerTige Restaurant – Rue de Flandre, 19 à 1000 Bruxelles – www.vertigebxl.be

Share
In News | Leave a comment