Cuisinémoi* ( Namur) recherche

Lightness Studio - CuisinÇmoi - 150515 - Vues d'ensemble (4) - copie

Cuisinémoi, étoilé Michelin depuis plus de 10 an situé à Namur cherche à un second de cuisine afin de renforcer son équipe. Un plongeur est aussi recherché.
Le restaurant est ouvert tous les jours de la semaine et désormais fermé le samedi et le dimanche.

Les candidats peuvent prendre directement contact avec Benoît Van Den Branden au 0495 92 44 24.

Share
In Jobs | Leave a comment

Toucan sur Mer (Bruxelles) recherche

WWW.LUCNIX.BE

Le Toucan sur Mer, institution bruxelloise de la belle cuisine de produits de la mer, recherche un chef de partie.

Le contrat proposé est un contrat de travail CDI;
Toucan sur Mer travaille en service coupé. Les jours de congé sont variables.

Les candidatures sont à adresser par mail à isabelle@toucanbrasserie.com ou par téléphone au 0476 81 16 81.

Share
Leave a comment

Ikea vous invite à sa table

1690586

Prolongeant sa thématique annuelle consacrée aux plaisirs de la table, le géant suédois loue la convivialité des instants passés entre amis et vous ouvre les portes de son pop-up appartement GÄST : « un salon chaleureux, une table à manger accueillante et surtout une impressionnante cuisine », cadre inédit dans lequel vous pourrez vous mitonner une petite soirée en bonne compagnie.

Au fourneau ou affalé dans le canapé, sortez de la routine et profitez des petits plaisirs que vous procureront ce moment riche en surprises au coeur de l’automne. Envie de tenter l’expérience GÄST avec vos amis ? Rendez-vous simplement sur Ikea.be et inscrivez-vous entre le 24 septembre et le 8 octobre. www.ikea.be

Source : LeVifWeekend.be

Share
In News | Leave a comment

Cette appli est une véritable calculatrice de cuisine !

l_1725_application-calculatrice-de-cuisine

La cuisine, vous adorez ! Cependant, pas toujours évident de s’y retrouver dans les recettes qui désignent les mesures différemment. Entre les « cups », les millilitres et les grammes, on a vite fait de s’y perdre et de râter complètement son plat. Un problème d’autant plus important en pâtisserie, où les proportions doivent être suivies à la lettre.

Pour vous aider à convertir toutes vos données sans vous prendre trop la tête, vous pouvez télécharger Calculatrice de cuisine. L’application vous aide en effet à convertir les grammes en liquide ou bien les « cups » américaines en mesures françaises.

Capture d'écran 2016-08-23 11.24.43

COMPRENDRE LE « THERMOSTAT »

Mais ce n’est pas tout ! Non seulement l’appli fera de la conversion un jeu d’enfant, mais elle vous aide également à modérer la température du four en indiquant les équivalents entre thermostat, Fahrenheit et Celsius.

Calcultrice de cuisine comprend aussi un guide de cuisson de la viande en fonction du morceau choisi et de son poids.

Calculatrice de cuisine, 2,99 euros.

Share
In News | Leave a comment

Les sushis ont aussi leurs « jeux olympiques »

« Are you ready? » Au coup de sifflet, des toques blanches du monde entier sortent leurs couteaux, sous le regard inquisiteur de maîtres japonais. Leur mission: composer un plateau de 30 à 40 sushis en 40 minutes.

3370179

Pour le Japon, c’est la réputation de ce mets à poisson cru – dont les origines remontent à la période Heian (794-1185) avant leur développement sous leur forme connue en Occident à l’époque d’Edo (1603-1867) – qui est en jeu.

Les restaurants spécialisés en cuisine japonaise, le « washoku » honoré par l’Unesco, 3370213 essaiment à l’étranger – 89.000 en 2015, contre 55.000 en 2013 – « mais de nombreux cuisiniers n’ont pas les connaissances et techniques appropriées », déplore Masayoshi Kazato, président de la Coupe du monde des sushis organisée cette semaine à Tokyo. « Beaucoup de gens font leur apprentissage seuls, en consultant internet et des livres ».

Tout comme le gouvernement vient de lancer un système de certification pour garantir la qualité des établissements nippons situés en dehors de l’archipel, cet expert espère via cette compétition transmettre le savoir-faire du Japon, « terre sacrée des sushis », en particulier en matière d’hygiène.

« Les poissons de la mer contiennent des germes et parasites. Sans la connaissance des techniques pour les enlever », le risque d’intoxication alimentaire est élevé « quand ils sont servis crus », prévient-il.

Pour cette quatrième édition, la France était représentée pour la première fois, par un jeune chef de 31 ans, Eric Ticana Sik. « C’est un peu nos JO à nous », s’amuse-t-il. « Je suis venu pour apprendre car si l’on est un des pays qui consomment le plus de sushis, je trouve qu’il y a un manque de formation en France ».

‘Tester ses limites’

3370169-1Sa spécialité, ce sont « les sushis fusion, revisités »: saumon-brie de Meaux ou boeuf-fourme d’Ambert, un sacrilège pour les palais japonais. Mais ce Français d’origine sino-cambodgienne assume sans complexe, lui qui a découvert les sushis il y a 12 ans en faisant la plonge dans un restaurant japonais avant de créer son entreprise l’an dernier.

Très stressé par la première épreuve, consistant à préparer des coquillages et poissons peu courants voire absents des tables occidentales – akagai (ark shell), congre et alose -, il a abordé plus détendu la seconde, proposant un agencement de sushis en forme de Tour Eiffel. Un clin d’oeil à Paris qui n’a cependant pas suffi à convaincre le jury.

Recalé, il espère pouvoir retenter sa chance l’an prochain.

C’est un Brésilien d’origine japonaise, Celso Hideji Amano, qui a remporté le trophée vendredi, ému aux larmes. Au total, 27 prétendants concouraient, venus des Etats-Unis, de Pologne, de Taïwan, d’Espagne…

3370191Parmi eux, Usman Khan, un Pakistanais de 32 ans qui travaille dans la prestigieuse chaîne de restaurants Nobu dans la ville sud-africaine du Cap, explique avoir décidé de participer à la World Sushi Cup pour « tester ses limites ». « Quoi de mieux que de se mesurer avec d’autres chefs du monde entier, qui plus est au Japon ? », lance-t-il.

Son parcours est peu banal. « Je suis du Pakistan, j’ai grandi au Koweït, dans ces deux pays on ne mange que des aliments cuisinés, donc quand j’ai déménagé en Afrique du sud et que j’ai découvert les sushis, je n’en croyais pas mes yeux! Au début j’étais dégoûté, puis j’ai été intrigué » avant d’être complètement happé, raconte-t-il.

Contrairement à son rival français, lui préfère « les sushis traditionnels aux versions à la mode ». « Si vous avez terriblement envie de sushis, c’est pour l’umami », dit-il, en référence à cette cinquième saveur japonaise qui vient s’ajouter aux quatre sens de base – sucré, salé, acide et amer.

Source: Afp

Share
In News | Leave a comment