Le marché du vin chinois est le plus dynamique au monde

Si la consommation de vin devrait doubler en Asie d’ici à 2011, c’est en grande partie grâce à la Chine, premier consommateur de la région mais également important producteur, comme l’illustre le salon Vinexpo Asie où les viticulteurs chinois sont fortement présents.

« Les vrais vins du Nouveau monde, ce sont les vins de Chine ou d’Inde », affirme Robert Beynat, le commissaire général de Vinexpo Asia qui réunit depuis mardi à Hong Kong quelque 700 exposants de 32 pays, dont 16 chinois. « Avec des vins dont la qualité s’améliore et dans un contexte de croissance économique soutenue, le rythme annuel de la croissance de la consommation va passer en Chine de 7% (entre 2002 et 2006) à 13% entre 2006 et 2011″, ajoute M. Beynat, citant des prévisions de Vinexpo incluant Hong Kong dans la Chine.

La Chine, entrée dès 2005 dans le top 10 mondial des pays consommateurs, boit certes de plus en plus de vins étrangers (importations en hausse de 35% par an), mais consomme à 95% du vin chinois. Et si le phénomène est peu connu, il est ancien. La Chine possède en effet des vignobles depuis plus de 2000 ans, le vin ayant même été produit à grande échelle sous la dynastie Han (200 avant JC). « Depuis 25 ans, afin de préserver l’équilibre en céréales destinées à l’alimentation, le gouvernement chinois a encouragé le développement du vignoble et de la production de vin chinois », indique une étude récente de la mission économique de l’ambassade de France en Chine.

Pour profiter de ce marché en effervescence, touché par ailleurs comme toute l’industrie du luxe par le fléau de la contrefaçon, des joint-ventures franco-chinoises se sont créées, les Français ayant ensuite parfois revendu leurs parts à leur partenaire chinois une fois la marque implantée. Ainsi les marques Dragon Seal (Pernod Ricard), Dynasty (Remy Martin) ou Changyu (Castel) sont-elles devenues des références en Chine. « L’avenir du marché chinois est très prometteur avec la hausse du niveau de vie de la classe moyenne », assure Wan Ya Nan, l’un des responsables de Dynasty, qui vient de multiplier par deux ses capacités de production à Tianjin (nord), à 150 km à l’est de Pékin .

Avec un chiffre d’affaires prévu de 5 milliards de yuan en 2008 (458 M EUR), Changyu, de son côté, misant sur des vins haut de gamme (vendus à l’étranger jusqu’à 500 yuans, soit 45 euros), « veut se concentrer à court terme sur l’exportation », explique Michael Lau, chargé de l’export. La Chine « est un marché qui n’est pas encore mur et qu’il faut commencer à pénétrer pour pouvoir en bénéficier d’ici à quelques années », assure Christophe Chateau, directeur de l’Union des Côtes de Bordeaux, qui regroupe sous cette appellation désormais unique 1.800 producteurs des Côtes de Bourg, Blaye ou autres Castillon. « Nous avons commencé des campagnes de promotion, notamment avec le groupe Carrefour. Nous poursuivons en nous faisant connaître auprès de grands chefs à Hong Kong, Macao, et bientôt Pékin et Shanghaï », aidés en cela par la CCI de Bordeaux, ajoute M. Chateau.

Pour Christophe Geoffroy, directeur de l’hôtel Sofitel à Dongguan (sud), « il y a une vraie évolution de la consommation de vin en Chine, surtout dans la restauration haut de gamme. Si les clients se fient encore parfois exclusivement au prix ou au nom, beaucoup de Chinois s’intéressent à l’oenologie et réclament donc des gammes de vin et de prix élargies ». « Pour les Chinois, la consommation de vin constitue un ascenseur social », confirme M. Chateau, qui rappelle que la Chine « est également un concurrent, en produisant des vins de qualité ». D’ailleurs, le comité d’organisation des jeux Olympiques de Pékin a choisi comme fournisseur exclusif le vin chinois Great Wall, filiale du puissant groupe public Cofco.

Share
This entry was posted in News, Vins and tagged , , . Bookmark the permalink.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>