Cru, atout premium de Colruyt

« Cru », le concept haut de gamme de Colruyt

Installée juste en face du Delhaize d’Overijse, près de Bruxelles, à 800 m à peine du Colruyt, l’ancienne ferme qui sert d’écrin au premier magasin Cru (groupe Colruyt), ne ressemble en rien, ni de façade ni dans son agencement, à un supermarché.

Lorsqu’on y pénètre, on pourrait d’ailleurs se croire dans un marché couvert composé de petites échoppes où les produits frais s’alignent comme autant d’invitations à la gourmandise. Projet que l’on doit à Jean-Pierre Roelands, directeur des nouveaux concepts de magasins pour le groupe Colruyt.

ef035d48-765b-11e4-9128-c5b3914fbd90_original

Cru ne ressemble à aucun supermarché, comment le définir ?

Cru, c’est… Cru. Il a sa propre identité, son authenticité. Il symbolise la volonté de proposer des produits naturels, pas façonnés. Prenez un hamburger, par exemple. Pour qu’il soit bon, ce n’est pas la peine de lui ajouter trente-six ingrédients. C’est cela que nous voulons proposer. Des produits de qualité qu’on ne retrouve pas ailleurs. D’ailleurs nous travaillons avec des fournisseurs, plutôt des partenaires, exclusifs. Si le produit qu’ils nous proposent existe déjà ailleurs, cela ne nous intéresse pas.

Des produits exclusifs, positionnés haut de gamme, c’est un positionnement où on n’attendait pas forcément Colruyt…

Exclusif ne veut pas dire inabordable. Cela doit répondre à une demande du consommateur qu’il soit déjà client chez Colruyt ou qu’il vienne d’autres horizons. C’est un juste rapport qualité-prix pour une clientèle qui aime manger bien. Le côté exclusif s’exprime aussi par un retour aux choses simples. Cela doit être extraordinairement simple. Par exemple, si nous proposons une sauce bolognaise, elle doit être parfaite. Elle mijote dans nos cuisines pendant dix heures. Elle est authentique et extraordinairement bonne. La nouveauté, c’est précisément ce retour aux produits les plus traditionnels, mais sublimés.

Manger bien, précisément, c’est un peu l’axe de communication de Delhaize. Un hasard ?

C’est une pure coïncidence. C’est la définition de ce que nous proposons chez Cru. Mais cela signifie aussi vivre une bonne expérience. Ici, on ne vient pas faire ses courses. Cela a une notion de rapidité qui ne cadre pas avec notre concept. Chez Cru, c’est un peu comme au marché. On vient s’approvisionner en produits ultrafrais, selon l’arrivage. Malgré tout, nous voulons maintenir une offre assez stable, même si nous avons moins de mille références. Dans la grande distribution, il faut un assortiment constant et quasi identique. S’il n’y a pas de pamplemousse, il y a un trou en rayon. Chez Cru, s’il n’y a pas de pamplemousse, il y aura un autre produit à la place.

Pour satisfaire les consommateurs, vous avez aussi misé sur du personnel hautement qualifié dans chaque rayon. Tout cela a un coût. Cru est-il une vitrine de Colruyt ou un nouvel axe destiné à se développer en misant sur la rentabilité ?

C’est clair que le coût d’exploitation au mètre carré est bien plus élevé que pour un Colruyt…

Lire la site de l’article ici.

Source : LaLibre.be

Share
This entry was posted in News, Revue du net. Bookmark the permalink.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>