Nouveau guide Michelin : le Bibendum fait dans l’extraction lyonnaise

Après Paris, Michelin va proposer le premier guide entièrement dédié à une ville et à sa proche région. La capitale des Gaules, Lyon, est mise en avant avec pas moins de 545 restaurants recensés, dont 80 tables étoilées. Ce qui place la ville au quatrième rang des villes les plus étoilées en Europe.

Michelin-Lyon-region

Si la direction du Michelin refuse de confirmer les réflexions sur un guide Monde, regroupant l’ensemble des tables étoilées de la planète, le Bibendum s’intéresse fortement au local. La preuve avec cette première édition du guide Lyon et sa région qui propose une sélection de 545 tables, dont 80 restaurants étoilés, 84 Bib Gourmand et 379 établissements honorés de la nouvelle « assiette », pictogramme lancé dans le guide France 2016, signifiant simplement que le restaurant a été sélectionné par les inspecteurs.

MICHELIN INFOGAucune nouveauté dans la sélection, ce guide n’est qu’une extraction du guide France et il n’est donc pas le fruit d’un travail supplémentaire de la petite quinzaine de professionnels qui sillonnent la France. Néanmoins, ce guide permet de montrer toute la richesse et la diversité du territoire gourmand de la région. Deuxième ville de France, après Paris, en nombre de restaurants étoilés, Lyon se place en quatrième position au niveau européen, derrière Paris, Londres et Berlin, que des capitales ! Ce guide est également l’occasion de remonter le temps et de se rappeler qu’en 1933, Eugénie Brazier, située rue Royale (Lyon, 1er arr.), faisait partie des tous premiers chefs à recevoir les trois étoiles. Quant à Paul Bocuse, il les affiche fièrement depuis 1965 à Collonges, à quelques kilomètres de Lyon.

MICHELIN-INFOG

Il est intéressant de noter que ce guide est réalisé « en partenariat » avec Lyon. Ce qui, en bon français, sous-entend un financement de la ville. Laquelle, à l’instar de très nombreuses destinations, notamment de nombreux pays étrangers – Israël, Mexique, etc. –, a bien compris l’importance du guide Michelin pour valoriser sa gastronomie, donc le tourisme, donc les retombées économiques. Mais, bien évidemment, il ne suffit pas d’appeler le Bibendum à la rescousse en cas de dépression touristico-économique pour qu’une escouade d’inspecteurs débarque : sans potentiel gastronomique, point de guide ! En cela, Lyon est plus que légitime pour disposer de son propre opus rouge.

Share
This entry was posted in Michelin, News. Bookmark the permalink.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>