Pour la première fois, le Japon revoit ses quotas de pêche du thon rouge à la baisse

La population de thon rouge dans le Pacifique a subi des pertes énormes, depuis des décennies les stocks naturels sont en baisse. Le Japon prend enfin conscience qu’il y a urgence et qu’il faut imposer de nouveaux quotas pour réguler la pêche.

Capture-d’écran-2016-06-05-à-20.19.45

Le Japon est connu pour sa surpêche imprudente, c’était jusqu’à maintenant une habitude qui allait au-delà d’une tradition, ici c’est culturel, l’industrie de la pêche au thon est importante pour l’économie de la péninsule Japonaise, mais il était nécessaire d’en revoir le fonctionnement.

L’agence de la pêche du pays prévoit désormais d’instituer des mesures de contrôle pour la pêche et de changer les pratiques pour tenter de freiner la chute rapide de la population de thon rouge dans le Pacifique. Cette décision est surprenante, car durant de longues années le Japon a rejeté toutes contraintes et tout règlement liés à la pêche. Depuis les années 1960, la population de thon rouge a diminué de 97 % dans le Pacifique.
Le Japon est responsable de 80% de la consommation mondiale du thon rouge dans le monde entier, des critiques se faisaient entendre du monde entier, considérant que le Japon ne faisait pas assez pour freiner la surexploitation des réserves de thon mondiaux et de contribuer à la conservation des espèces.

Capture-d’écran-2016-06-05-à-20.28.54

Bien qu’il ait précédemment fait des tentatives pour réduire la quantité maximum de thons pêchés, lors d’ une réunion à l’automne dernier le Japon a été l’un de nombreux pays qui a échoué à se mettre d’ accord sur les mesures visant à aider à favoriser le renouvellement des populations des thons .

Mais depuis quelques jours, l’agence nationale de pêche du Japon a élaboré de nouveaux plans pour adopter de nouvelles mesures de préservations des espèces, dont l’établissement des interdictions de pêche temporaires particulièrement dans les zones surexploitées et a accepté d’élaborer un calendrier saisonnier pour les diverses régions de pêche dans les eaux territoriales.

Un facteur qui pourrait aider la cause du thon rouge est la popularité croissante pour la viande au Japon. La population vieillissante, qui a toujours favorisé les fruits de mer et les poissons, consomme moins et les jeunes générations optent souvent pour la viande bovine, les boeufs d’appellation sont à la mode, une fréquence croissante est constatée notamment pour le boeuf dans la catégorie ‘Kobé’.

Share
This entry was posted in News. Bookmark the permalink.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>