Pourquoi le cava reste aussi populaire chez nous ?

32a6daaa-d0f7-11e6-b040-00e1fe036e63_web_scale_0-21875_0-21875__

Les chances sont grandes que vous ayez bu au moins un verre de cava lors des fêtes. La boisson reste très populaire pour les Belges, et nous avons en la personne de Koen Claes, le meilleur sommelier de cava de notre pays qui représentera prochainement la Belgique lors d’une compétition mondiale en Espagne.

Dans le passé, la compétition avait lieu uniquement en Espagne. L’année dernière, c’est le Mexique qui acceuilli l’événement et c’est donc en Belgique qu’aura lieu le prochain concours. Koen Claes se mesurera ainsi à la fin de l’année avec les sommeliers des meilleurs restaurants du monde. Que le concours soit pour la première fois organisé chez nous ne peut pas surprendre, le cava reste une boisson très populaire, surtout quand il y a quelque chose à célébrer.

Deuxième plus grand importateur

« Le Cava est très populaire dans notre pays. Un marchand de vin belge ne peut pas se permettre d’avoir un cava quelconque dans son offre. La Belgique est le deuxième plus grand importateur au monde. La production annuelle varie entre 200 et 250 millions de bouteilles. Et 35 millions sont vendues chez nous « , dit Koen Claes, qui dirige une entreprise de vin à Genk.

« Ce succès a évidemment à voir avec le rapport qualité-prix favorable. Pour moins de dix euros, vous avez une excellente bouteille de cava, alors que vous payez plus de quinze euros pour le champagne. Il y a aussi la limite psychologique d’achat. Si un Belge dépense 15 € pour un vin mousseux, ça doit être du champagne.  »

koen-claes-wineplus-378x252

Moins cher que le champagne

« Le champagne a une solide réputation. Dans le monde entier, il est la plus célèbre boisson festive. Parce que la demande est supérieure à l’offre, les prix ne baissent pas, « Koen Claes dit au sujet de la (souvent grande) différence de prix entre les deux boissons. « Une production plus importante ne se justifie pas, les 35.000 hectares de surface disponible sont presque complètement planté. »

« Un autre facteur est le temps de vieillissement. Pour un cava ordinaire, c’est neuf mois, pour le champagne quinze mois. Si un produit arrive plus rapidement sur le marché, cela a bien sûr un impact sur le prix. Je dois aussi mentionner que les temps de vieillissement pour un reserva, gran reserva et un calificado de paraje sont respectivement 15, 30 et 36 mois ou moins, mais alors nous sommes immédiatement dans des fourchettes de prix plus élevés. « 

Share
This entry was posted in Vins. Bookmark the permalink.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>