Mangerons-nous bientôt des sardines ou du thon de la mer du Nord ?

Close-up view of grilled sardine fishes served in oil with baked potatoes, Portugal

En raison du réchauffement climatique, de nouvelles espèces de poissons font leur apparition dans la mer du Nord. Lors d’un sommet sur la pêche, Uwe Richter, président d’une association sectorielle allemande, a déclaré que la sardine ou le thon dans la mer du Nord pourraient bientôt être pêchés, à condition que les stocks de poissons continuent d’augmenter.

L’industrie de la pêche allemande s’est réunie à Magdebourg pour un sommet dont le thème principal est les effets du réchauffement climatique. En plus des défis, il offre également des possibilités de pêche, a noté Uwe Richter du Deutschen Hochseefischerei. À mesure que l’eau de la mer du Nord se réchauffe, les espèces se déplacent. Il a donné comme exemples les sardines et le thon. Si ces mouvements devaient se développer davantage, ils pourraient bientôt être exploités commercialement, dit-on.

Le biologiste marin Jan Seys du Flanders Marine Institute confirme que le réchauffement climatique a des effets sur les stocks de poissons. «Les animaux recherchent leur température optimale. Il est logique qu’un certain nombre d’espèces se déplacent vers le nord « , a-t-il déclaré. Mais la situation est complexe: par exemple, les homards qui nourrissent les jeunes morues ont été déplacés de 1 000 km vers le nord et les morues ne l’ont pas encore fait.  » Générant de la sorte un problème de synchronisation », déclare Jan Seys.

Long terme

Jan Seys ne pense pas que les sardines et le thon seront capturés à court terme dans nos régions. «Les sardines apparaissent déjà dans la mer du Nord pendant les périodes chaudes, mais il n’est pas possible aujourd’hui de les pêcher à des fins commerciales. Peut-être que ce sera un jour le cas », explique le biologiste. «En ce qui concerne le thon, le changement climatique joue un rôle moins important. Le thon rouge de l’Atlantique est très surexploité. Malgré quelques signaux encourageants, l’espèce reste vulnérable. Il n’y a certainement aucune perspective de pêche. »

Jan Seys note également que ces changements peuvent entraîner des problèmes diplomatiques entre les pays. Les droits de pêche sont liés à certaines zones et ces zones ne se déplacent pas avec l’espèce. « Par exemple, dans le passé, il y avait presque une guerre contre la pêche au maquereau. » Le brexit imminent est une source importante de préoccupation pour le secteur à cet égard.

Source: Belga

Share
This entry was posted in News. Bookmark the permalink.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>