Chaque année, 400 milliards de dollars de nourriture se perd entre le producteur et le supermarché

Dans le monde, environ 400 milliards de dollars (soit 363 milliards d’euros) de nourriture sont perdus chaque année avant d’être livrés au magasin. C’est ce que souligne un rapport de l’Organisation des Nations Unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO).

Woman Working on Farm

Environ 14% de la nourriture produite est perdue chaque année, l’Asie du Sud, l’Amérique du Nord et l’Europe étant les pires élèves de la classe. Des exemples: 5,8% de la nourriture est perdue en Nouvelle-Zélande et en Australie et près de 21% en Asie centrale et du sud.

Trop traditionnel

Les aliments vulnérables tels que les fruits et les légumes sont logiquement plus souvent perdus (22%) que, par exemple, les céréales et les légumineuses (9%). « Nous avons constaté que les pertes sont les plus importantes chez les producteurs où la récolte et l’abattage ont lieu », a déclaré Carola Fabi, responsable des statistiques à la FAO. « Par exemple, l’infrastructure de stockage sur certains lieux de production pose un problème majeur. »

Carola Fabi fait référence aux pays où des méthodes traditionnelles sont utilisées pour stocker des aliments, en les exposant à des micro-organismes, des insectes et des rongeurs. Des interventions simples, telles que le remplacement des silos en bois par des barils en métal et l’utilisation de sacs traités à l’insecticide, pourraient déjà réduire considérablement les pertes, explique Fabi. « Cependant, les agriculteurs n’ont pas toujours les moyens d’accéder à ces techniques. Dans ces cas, le soutien des gouvernements est une nécessité absolue. »

Ambitieux

Le rapport de la FAO est basé sur des chiffres récents, ils remontent à 2016. Pour résoudre complètement le problème, des données plus détaillées sur la chaîne d’approvisionnement sont nécessaires, indique le rapport. Dans le cadre du programme de développement durable, les Nations Unies souhaitent réduire de moitié le gaspillage alimentaire par personne d’ici 2030 et aussi réduire les pertes alimentaires dans la chaîne de production.

« Les pertes de produits alimentaires exercent une pression indue sur l’environnement et les matières premières utilisées pour les produire », a déclaré le Directeur général de la FAO, Qu. Dongyu. « Cela signifie essentiellement que des ressources ont été gaspillées, que la pollution a été créée sans raison et que des gaz à effet de serre ont été émis ».

Source: Belga

Share
This entry was posted in News. Bookmark the permalink.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>