Alimentation : Les flexitariens sont parmi nous !

l_263_FineDiningLovers-flexitariens

On connaissait les végétariens, un peu moins bien les végétaliens. Voici qu’arrivent les flexitariens. Qui sont ils? Les flexitariens ne sont autres que les adeptes du flexistarisme. Une fois cela dit, la question demeure. En fait, le flexitarisme est un néologisme pour décrire la pratique alimentaire de ceux qui changent de régime selon les circonstances. Parfois végétariens, parfois végétaliens et parfois omnivores. Autrement dit, le flexitarien mange de tout, mais pas tout le temps. Ce végétarien à mi-temps peut, au gré des occasions sociales, des contraintes qu’il s’impose pour des raisons de bien-être, des nécessités temporaires de restriction pour des raisons de santé ou pour des questions idéologiques, faire le choix de réduire sa consommation de graisses animales, et particulièrement de viandes.

Le phénomène n’est pas nouveau. Aux Etats-Unis, où le concept serait né en 2004, la pratique fait un tabac. Un tout récent sondage mené auprès de 25.000 personnes de 25 pays montre que 48% des personnes interrogées cherchent à réduire leur consommation de viande et qu’elles le font vraiment. En France, le flexitarisme connait toujours plus d’adeptes. Une étude réalisée en 2012 par Opinion Way pour Terra Eco montre que sur 1.000 personnes non-végétariennes interrogées, 27% seraient prêtes à devenir flexitariennes. Il faut dire qu’avec les nombreux scandales alimentaires – de la vache folle aux erreurs de composition des plats préparés – la viande en a pris pour son grade. Selon le site Doctissimo, entre 1998 et 2012, en France, la consommation de viande aurait reculé de 7%. Et puis, la viande ça coûte cher et ce n’est pas toujours très vert.

En réduisant la consommation de protéines animales, le flexitarisme replace les fruits et légumes, les légumes secs et les céréales au cœur du régime alimentaire, sans oublier les huiles d’olive, de colza ou de soja, sans cependant exclure les laitages, les œufs et le poisson. En bref, un régime alimentaire qui apporte toujours plus de vitamines, de sels minéraux, de fibres et moins de graisses saturées.

Naturellement, le marché s’adapte. Côté restaurants, bien sûr, et même dans la restauration collective, où à Lausanne, Compass Group a ouvert fin 2014 un lieu dédié à la cuisine flexitarienne ; côté industriels, la tendance s’est confirmée au dernier salon international de l’alimentation, les burgers végétaux, farines d’algues et apéritif d’insectes ne cessent de remplir toujours plus les rayons.

En bref, être flexitarien, c’est être un végétarien qui fait des exceptions!

(Source FineDiningLovers.fr)

Share
This entry was posted in Eating décalé, News, Revue du net. Bookmark the permalink.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>