La truffe, victime du réchauffement climatique

truffe

Victime du réchauffement climatique et d’une mauvaise pluviométrie cette année, la truffe noire se fait rare et chère pour les fêtes, jusqu’à 1.300 euros le kilo sur les étals du marché annuel de Rognes, en Provence, à quelques jours de Noël.
Il y avait foule en ce dernier dimanche d’avant Noël, pour la 27e édition du marché aux truffes de Rognes, à 20 kilomètres d’Aix-en-Provence, et malgré le prix, un peu exorbitant, les étals proposant la « tuber melanosporum » , le célèbre « diamant noir », ont été assez vite dévalisés.

« C’est très moyen cette année, l’été a été très sec, beaucoup de truffes sont mortes », se lamente Sylvain Hiriart, trufficulteur dans la Drôme qui « cave », selon le terme approprié pour la recherche de truffes, dans des truffières sauvages et dont la production dépend donc uniquement de la pluviométrie, sans recours à l’irrigation. En ce début d’hiver, « on trouve des truffes en assez petite quantité et elles sont bien plus en avance que les autres années ». Comme ses confrères ce jour là, il affiche un prix de 110 euros pour 100 grammes pour les plus petites « un peu cabossées » à 130 euros pour les plus belles. « Mais toutes ont le même parfum et le même goût », rassure-t-il.

A quatre jours de Noël, les chalands se laissaient pourtant tenter. Bernard Gouteyron, un Aixois venu avec sa femme en achète une petite pour la servir « avec un foie gras et une soupe aux topinambours ». D’autres n’hésitent pas à sortir le chéquier pour payer jusqu’à 200 ou 300 euros une truffe de bonne taille.

Trufficulteur à Rognes, Philippe Boit présente fièrement son joyau de 466 grammes. « Mon record c’est une truffe de 1,5 kilo, explique-t-il. Mais cette année, c’est moins bon. La truffe est victime du réchauffement climatique ». « Là où ce n’est pas arrosé », au printemps et mi-août, les deux périodes cruciales pour la maturation du célèbre champignon, « il n’y a rien, nous en avons pris conscience depuis 2003″, l’année de la canicule en France, ajoute-t-il.

A l’instar de nombreux trufficulteurs, qui ne « cavent » plus uniquement au hasard des forêts mais cultivent des plantations de chênes truffiers, Philippe Boit a recours à l’irrigation, au goutte à goutte. « On gratte la terre, si c’est humide on ne fait rien, si c’est sec, on arrose », résume-t-il. Même avec arrosage, « la récolte a baissé de 50% », indique-t-il.

Source Belga

Share
This entry was posted in News, Restaurants, Revue du net, Saveurs. Bookmark the permalink.

One Response to La truffe, victime du réchauffement climatique

  1. Pierre says:

    Au secours c’est pas une photo de tuber mélanosporum la truffe noire est NOIRE. Le prix que vous annoncez est celui du marché de Rognes du dimanche 20/12/2015. Sur notre marché le prix est de 85€/100g et la très belle 100€/100g. Il y a de la spéculation sur la truffe car cette année le Périgord est en manque de truffes. Sachez cependant que la « mélano » est issue du Sud Est à 75% le Périgord quand a lui fait 10% de la production Nationale.
    http://www.truffes-en-tricastin.fr

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>